Glossaire la consoude | dictionnaire la consoude au jardin

Le glossaire sur la consoude : le dictionnaire de la consoude pour les jardiniers

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

La consoude de A à Z.

Chez B-actif nous sommes fan de consoude et cela depuis de très nombreuses années. Nous vous présentons ici, dans ce lexique ou dictionnaire tous les mots qui se rattachent à la consoude au jardin. Nous parlons de culture, de plantation, de variétés , d’espèces, d’histoire de la consoude à travers les ages, de sa composition chimique, du rapport C/N, des protéines, des propriétés officinales de la consoude, des propriétés mellifères , de la consoude plante-engrais….. Bref de tout

Pour vous retrouver dans ce glossaire cliquer sur les lettres de l’alphabet et parcourez notre répertoire

Quelques mots supplémentaires : acides aminés, compost, abeilles, allantoïne, agriculture biologique, symphytum, grande consoude, consoude de Russie, Bocking 14, borraginacées, comfrey, engrais, fleurs, amendements, fertilisants, bore, graines de consoude, Roundup, Henry Doubleday, mauvaises herbes, potasse, purin de consoude, vitamines b12 etc….


Pour trouver le mot que vous recherchez cliquez sur les lettres ci-dessus.

B-actif présente son glossaire des termes liés à la consoude.

Les associés de B-actif cultivent la consoude depuis plus de 15 ans. Nous avons donc accumulé au cours de ces années une longue expérience sur la consoude, sur l’espèce « symphytum » et en particulier sur le cultivar bocking 14
Nous présentons ci-dessous notre « dictionnaire », notre lexique, relatif au mot consoude.

Nous avons fait le choix de privilégier la consoude dans son aspect plante fertilisante et amélioration de la vie du sol.

La consoude peut être étudiée sous différents angles :
Certains s’intéressent surtout à l’utilisation de la consoude au niveau médicinal.
D’autres sont passionnés par l’intérêt de la consoude dans le domaine cosmétique.
Il y a aussi de très nombreux articles sur la consommation humaine de la consoude et sur les alcaloïdes pouvant être dangereux au niveau du foie.
Par le passé certaines variétés de consoude ont été cultivées en Amérique ou en Russie par exemple à des fins d’alimentation animale.
Nous avons, pour notre part fait le choix d’une ligne éditoriale précise, nous sommes intéressés par la consoude en tant que plante engrais, comme plante utile au jardin ou au champ. Notre glossaire comporte donc beaucoup plus d’infos dans ce domaine de la fertilisation.

Evolution du glossaire consoude :

Notre dictionnaire de la consoude va évoluer et s’enrichir progressivement.
Si vous trouvez des anomalies dans ce glossaire, si vous souhaitez nous transmettre une information, un avis ou nous proposer une extension ou une correction écrivez-nous à contact@b-actif.fr

A

abeille-consoude Abeilles et consoude : Les abeilles adorent la consoude. Il est possible de nourrir les abeilles avec de la consoude de mai à octobre.


Acides aminés : Il y aurait 22 acides aminés indispensables pour la nourriture des animaux. Les acides aminés sont la base des protéines. La consoude contient de très nombreux acides aminés (18 sur les 22) ce qui en fait un fourrage idéal pour l’alimentation animale. Comme l’objet de ce site est l’utilisation de la consoude au jardin nous n’allons pas nous étendre sur ce sujet pourtant très intéressant.

Activateur de compost : L’utilisation de compost est essentielle en culture biologique. Ceci étant dit le compost n’est pas toujours facile à réussir. La consoude peut se mettre dans le compost de plusieurs façons. Lorsque votre production de feuilles est trop importante vous mettez le surplus sur le compost. Si vous avez un purin de consoude qui vieillit trop, démarrez une nouvelle production et arrosez votre compost du vieux purin. La consoude active votre compost sauf s’il ne contient pas assez de carbone c'est-à-dire de produits comme la paille, les écorces etc…

Agriculture biologique : L’agriculture biologique est un système de production basé sur le respect de l’environnement. Les agriculteurs bio n’utilisent pas de produits chimiques dits de synthèse. La consoude et en particulier la consoude bocking 14 qui contient de très nombreux éléments fertilisants est très utile pour les producteurs bio (agriculteurs mais aussi jardiniers)

Alcaloïdes : Plusieurs milliers de « substances » sont désignées comme alcaloïdes. Certaines sont très bien connues comme la caféine, la nicotine ou la morphine. La consoude, principalement la racine de consoude, contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques (il y en aurait 8) comme l’échimidine, l'intermédine, la lycopsamine, la symphytine et la 7-acétyl-intermédine. Ces alcaloïdes Pyrrolizidiniques seraient néfastes pour le foie. De ce fait il est recommandé de ne pas consommer de consoude régulièrement. L’alcaloïde le plus néfaste serait l’échimidine présent en particulier dans la consoude rugueuse (symphytum aspérum).


Alimentation animale : La consoude est la plante qui peut produire le plus de protéines par hectare, beaucoup plus que la luzerne ou le soja par exemple.

Alimentation humaine. La consommation régulière de consoude est déconseillée à cause des pyrrolizidines contenues dans les feuilles et surtout dans les racines. Il est tout à fait possible de consommer de temps en temps de la consoude et le nombre de recettes succulentes présentes sur le web sont très nombreuses.

Allantoïne : l’allantoïne est une substance présente en quantité importante dans la consoude (spécialement dans les racines). L’allantoïne favorise la multiplication cellulaire, a un grand pouvoir cicatrisant et est présente dans de très nombreuses crèmes antirides par exemple.

Azote : L’azote (N) est un élément indispensable à la croissance des plantes. Les jeunes feuilles de consoude sont très riches en Azote. Les jardiniers qui recherchent un purin de consoude riche en azote utiliseront des feuilles jeunes.

B

Bio : la consoude est très utile pour les jardiniers et les agriculteurs bio. Elle apporte aux plantes de nombreux éléments indispensables (potasse, calcium, bore par exemple) mais elle favorise aussi le développement de la vie microbienne du sol.

Bocking : Bocking est un village anglais près de la ville de Braintree dans l’Essex. C’est dans cette petite ville que Lawrence D Hills créa en 1954 la HDRA. Cette ville a donné son nom à des cultivars de consoude les bocking. Il y aurait 21 cultivars différents mais la bocking 14 et la bocking 4 sont les plus connues.

Bocking 4 : le cultivar de consoude bocking 4 n’est pas adapté pour la fertilisation mais c’est une excellente variété pour l’alimentation animale. Elle contient plus de protéines et surtout elle est très appétente, c'est-à-dire que les animaux l’apprécient beaucoup.

Bocking 14 : La consoude bocking 14 est la variété de consoude qui contient le plus d’éléments fertilisants. Nous vous conseillons de planter des boutures de consoude bocking 14 dans votre jardin. La bocking 14 provient d’un croisement entre la consoude officinale et la consoude rugueuse. C’est un hybride dont les fleurs sont stériles qui ne se reproduit donc pas par graine et qui de ce fait n'envahira pas votre jardin.

Bore : La consoude est relativement riche en bore. C’est une des explications qui justifie son action « florifère ». En effet le bore favorise la floraison. Pour avoir plus de fleurs et plus de fruits utiliser le purin de consoude ou le tonique de consoude ou l’engrais granulé consoude.

Borraginacées : La consoude fait partie de la famille des borraginacées comme la bourrache et le myosotis. La famille des borraginacées est importante (plus de 2000 espèces différentes), peu de ces plantes sont connues en dehors des consoude, bourrache et myosotis sauf peut-être les pulmonaires et la vipérine.

Botanique : La consoude a été beaucoup étudiée par les botanistes. La distinction entre espèces, variétés et cultivars de consoude reste souvent floue, au mois pour les amateurs. Pour notre part nous considérons qu’il y a plus de 30 espèces de consoude différentes et de multiples cultivars dont les bocking mais aussi de nombreux cultivars utilisables par les fleuristes.

Bourdons : Les bourdons sont utiles à la consoude. En effet les abeilles ont du mal à atteindre le pollen des fleurs de consoude. Les bourdons creusent un trou dans la base des fleurs, trou qui est ensuite utilisé par les abeilles. C’est un exemple assez surprenant de collaboration « naturelle ». Si vous voulez en savoir plus sur l’entraide entre abeilles et bourdons sur les fleurs de consoude cliquez ici.

Bourrache : La bourrache fait partie de la même famille végétale que la consoude : les borraginacées.

Boutures de consoude : Toutes les variétés et espèces de consoude peuvent se multiplier par bouturage. Dans le cas de la consoude bocking 14 c’est même la seule solution possible. Une bouture de consoude, c’est un morceau de racine d’environ 10 centimètres de longueur que vous replantez pour faire un nouveau pied. Les boutures de consoude poussent à leur rythme. Il faut parfois être patient (jusqu’à 2 mois). Ne plantez pas vos boutures de consoude trop profondément (la profondeur idéale est de 5 à 7 centimètres. Avec ce système de bouturage vous êtes un jardinier économe. Vous achetez des boutures de consoude une seule fois dans votre vie ! achetez des boutures de consoude bocking 14 et devenez un jardinier autonome et économe !

C

Calcium : La consoude est riche en calcium. De ce fait la consoude préfère les terres « basiques », même si elle s’accommode de tous les sols.

Cancer : La consoude, en particulier l’espèce symphytum asperum, consommée en grande quantité aurait des effets néfastes sur le foie et serait cancérigène.

Cicatrisation : La consoude contient de l’allantoïne qui favorise la multiplication cellulaire. De ce fait des pommades de consoude sont utilisées dans des produits cicatrisants.

Classification ou nomenclature végétale : Voici la classification de la consoude :
Règne : végétal
Division : Magnophyta ou angiosperme (pantes à fleurs)
Classe : Magnoliopsida ou dicotylédone
Ordre : lamiales
Famille : Borraginacées
Genre : Symphytum.
Espèces : Il y a plus de 30 espèces de symphytum (consoude).
Variétés : La consoude n’a pas bénéficié de beaucoup d’études scientifiques. Il y a souvent confusion entre espèces et variétés.
Cultivars : variété cultivée : la consoude bocking 14 est un cultivar.

Comfrey : Nom anglais de la consoude. Pour les anglophones une recherche internet sur le mot comfrey donne une quantité véritablement impressionnante de résultats.

Composition : La consoude contient de très nombreux composants. Les composants les plus utiles pour le jardinier sont : l’allantoïne, la vitamine B12, le calcium, le bore, l’azote, la potasse. Pour l’amélioration de la vie microbienne du sol il faut noter la présence de très nombreuses vitamines et hormones naturelles. Pour ce qui concerne l’alimentation animale la composition la plus intéressante concerne les acides aminés. Une des particularités de la consoude est la présence de vitamines B12. A l’heure actuelle c’est la seule plante connue contenant de la vitamine B12. Il faut aussi bien sur noter la présence d’alcaloïdes considérés comme dangereux pour la consommation humaine.

Compost : Le compost est très utile au jardin et même indispensable pour les jardiniers bio. La réalisation du compost est facile mais vous devez néanmoins respecter des méthodes précises. En particulier vous devez mélanger des produits ayant un rapport C/N élevé (paille par exemple) et des déchets ayant un C/N faible (tonte de pelouse par exemple). Vous pouvez rajouter des feuilles de consoude à votre compost mais aussi du purin de consoude.

Concentré de consoude : En général les jardiniers fabriquent du purin de consoude. Il est aussi possible de fabriquer du concentré de consoude, voir la vidéo.

Consolida maggiore : nom italien de la consoude.

Consoude : plante de la famille des borraginacées, objet du présent glossaire.

Consoude bleue : Symphytum azureum
Consoude bulbeuse : symphytum bulbosum.
Consoude cordée Symphytum cordatum
Consoude du Caucase : Symphytum caucasicum
Consoude hérissée :Symphytum asperum.
Consoude orientale : Symphytum orientale
Consoude pourpre : Symphytum x Rubrum
Consoude tubéreuse:Symphytum tuberosum
Consoude voyageuseSymphytum peregrinum

Consuelda : nom espagnol de la consoude.

Coupes : Une culture de consoude bien implantée peut être coupée de 4 à 6 fois par an.

Croissance : La consoude est un activateur de croissance pour de nombreuses plantes. Pour les jardiniers qui ont le choix il est préférable d’utiliser le purin d’ortie pour la croissance des plantes et le purin de consoude pour la floraison et la fructification.

Cuisine : Il existe de très nombreuses recettes de cuisine utilisant la consoude.

Cultivar : le mot cultivar vient de la contraction de 2 mots anglais : cultivated variety. C’est une plante obtenue par sélection ou hybridation. En général les cultivars donnent des fleurs mais ces fleurs sont souvent stériles. Quand les cultivars se reproduisent par graines les « descendants » perdent les qualités de la plante mère. Le cultivar de consoude bocking 14 est stérile, la multiplication se fait par division des racines. Il existe plusieurs cultivars de consoude créés par des horticulteurs et ayant une vocation ornementale. En général ces cultivars sont issus de la consoude à grandes fleurs. Parfois les termes variétés et cultivars sont utilisés indifféremment.

Culture de consoude : La consoude est une plante très rustique, facile à cultiver. Tous les terrains et tous les climats conviennent. La production dépendra néanmoins de la fertilisation de la plante. Si la plante souffre de « malnutrition » ou de manque d’eau elle produira peu. Par contre dans les meilleures conditions il est possible d’obtenir jusqu’à 400 tonnes de matières vertes par hectare et 40 tonnes de matières sèches. La consoude de plus de 3 ans contient en général plus de 25% et parfois plus de 30% de protéines. Dans les conditions idéales la production de protéines peut donc atteindre 12 tonnes de protéines par hectare contre un maximum de 3 tonnes pour la luzerne et beaucoup moins pour le soja. Pour en savoir plus sur la culture de la consoude cliquez ici.

D

Décoction : Pour soigner vos plantes vous pouvez choisir plusieurs types de préparation : le purin, la macération, l’extrait la décoction ou l’infusion. La différence entre une décoction et une infusion est simple. Pour une infusion vous versez de l’eau bouillante sur vos feuilles, pour réaliser une décoction vous mettez vos feuilles dans de l’eau à température ambiante et vous portez à ébullition. En général la décoction est utilisée pour les plantes plus coriaces pour lesquelles les principes actifs sont plus difficiles à extraire. La décoction est peu utilisée pour la consoude.

Dicotylédone : La consoude fait partie de la classe des Magnoliopsida, pour parler plus simplement c’est une dicotylédone

Discoride : Au premier siècle le grec Discoride, médecin, pharmacien et botaniste, parlait déjà des bienfaits de la consoude.

E

Eclats de racines : les boutures de consoude sont parfois dénommées éclats de racines.

Eléments fertilisants : La consoude contient de très nombreux éléments fertilisants. Il s’agit de minéraux comme l’azote, la potasse, le calcium, d’oligoéléments comme le bore, des vitamines comme la vitamine B12, des hormones naturelles. L’action fertilisante de la consoude est complexe. En utilisant la consoude vous n’utilisez pas un engrais minéral. La consoude a une action de catalyseur, elle améliore aussi la vie microbienne du sol. N’oubliez pas que votre sol est un « organisme vivant » qu’il faut « bichonner ».

Engrais : B-actif souhaitait commercialiser un stimulant végétal. Ce type de produits n’est pas autorisé en France. Nous avons donc « formulé » nos produits aux normes engrais. Cette recherche nous a compliqué la vie mais a aussi apporté des points positifs. Au lieu de commercialiser des produits purs nous avons combiné par exemple de la consoude avec des algues, de la luzerne et des orties. Grâce à ces mélanges des 4 plantes engrais les plus connues nous avons créés des fertilisants très intéressants tout en restant bio.

Espèces de consoude : Il y a plus de 30 espèces différentes de consoude. La plus connue et de loin est la consoude officinale.

F

Fabrication : La fabrication du purin de consoude est très facile. Vous produisez votre propre engrais. Au bout de 2 à 3 semaines votre « fertilisant » est prêt à l’emploi.

Fertilisant : La consoude peut vous permettre de fertiliser votre jardin et donc d’avoir de belles récoltes, sans recourir aux engrais chimiques.

Feuilles de consoude : Les jardiniers amateurs utilisent surtout les feuilles pour fabriquer du purin de consoude, Il y a d’autres utilisations possibles qui sont aussi très bénéfiques : feuilles entières ou hachées, fraiches ou séchées placées lors de la plantation dans le trou de plantation ou le sillon pour les pommes de terre, les tomates ou les courgettes en particulier. Vous pouvez aussi utiliser les feuilles comme mulch ou les mettre dans le compost.

Filtration : pour faciliter la conservation du purin de consoude, il est préférable de réaliser une filtration. Pour ce faire vous pouvez utiliser les moyens du bord, un bas de femme par exemple.

Fleurs de consoude : La consoude produit de jolies fleurs. Les couleurs de fleurs sont variables d’une espèce à l’autre. Ces fleurs sont toutes très appréciées par les abeilles et les bourdons ce qui fait de la consoude une plante mellifère. Les produits fabriqués à base de consoude, comme le purin par exemple, à cause de la présence d’allantoïne, de bore et de vitamine B12 favorisent la floraison et vous permettront d’obtenir de belles fleurs dans votre jardin.

Floraison : La consoude favorise la floraison.

Fructification : L’utilisation de produits fabriqués à base de consoude permet d’avoir plus de fleurs donc plus de fruits. Ceci est particulièrement vrai pour toutes les cucurbitacées (concombre, courgettes, melons…) et pour les solanacées (tomates, poivrons …). L’action de la consoude ne s’arrête pas là. La consoude est très appréciée des abeilles, elle attire les abeilles, dans les jardins où il existe des plants de consoude, la pollinisation se fera donc mieux en particulier dans les vergers et vos arbres produiront plus de fruits.

G

Genre : La consoude fait partie de l’ordre des lamiales. En dehors de la famille des borraginacées dont fait partie la consoude on trouve dans cet ordre les familles des menthes (lamiacées) de la verveine (verbénacées) pour ne parler que des plus connues.

Graines de consoude : Certaines consoudes produisent énormément de graines et sont de ce fait envahissantes. La consoude bocking 14 est un hybride stérile qui ne se reproduit pas par graine. Il est donc impossible de trouver des graines de consoude bocking 14. La multiplication est néanmoins très facile en plantant des morceaux de racines,des boutures de consoude.

Grande consoude : La grande consoude c’est la consoude officinale (symphytum officinale ou officinalis)

H

H.D.R.A.: Henry Doubleday Research Association. C’est dans cette association à Bocking que furent développés, sous l’impulsion de Lawrence D Hills, les cultivars de consoude bocking et en particulier le fameux cultivar bocking 14.

Henry Doubleday : Il introduisit la consoude en Angleterre au 19ème siècle. Pour les besoins de son entreprise de fabrication de colle pour les timbres il s’intéressa à la consoude qui contient beaucoup de « mucilage ». Henry Doubleday était persuadé que cette plante contenant énormément de protéines pouvait servir à « nourrir le monde » et il consacra le reste de son existence à la vulgarisation de la consoude et de ses usages.

Herbe des charpentiers : Comme l’herbe aux coupures c’est une des appellations populaires de la consoude.
Hybride

Herbes aux coupures : nom parfois donné à la consoude à cause de son utilisation pour ses propriétés cicatrisantes

Hormones naturelles : La consoude contient de nombreuses hormones naturelles qui ont un impact important sur la vie du sol et sur le développement des plantes.

I
Instant compost : la consoude est souvent appelée instant compost.A cause de son rapport C/N égal à 10 comparable à celui d’un bon compost.

J
Jardin : La consoude est une plante que vous devez avoir dans votre jardin, surtout si vous souhaitez respecter l’environnement.

K
Knitbone : un des noms anglais de la consoude.

L

Lamiales : La consoude fait partie de l’ordre des lamiales.

Langue de vaches : autre nom populaire parfois donné à la consoude.

Lawrence D Hills : Il créa en 1954 la HRDA (Henry Doubleday Research Association) dans le village de Bocking. C’était un journaliste, un écrivain et un horticulteur. Il a écrit de nombreux livres dont le plus populaire est « Grow Your Own Fruit and Vegetables » publié en 1971 et qu’il est toujours possible de trouver actuellement. Il a rédigé 2 livres consacrés exclusivement à la consoude : Comfrey: Past, Present and Future (1976) et Russian comfrey: A hundred tons an acre of stock feed or compost for farm,garden or smallholding (1953). Lawrence D Hills est mort en 1991.

Linné : botaniste suédois (1707-1778). Linné a écrit plusieurs ouvrages dont le plus important est Systema Naturæ (les systèmes de la Nature) qui fit l’objet de plusieurs éditions. C’est Linné qui créa le genre symphytum.

Louzaouenn an troc’h : Un des noms bretons de la consoude. La traduction française signifie : l’herbe aux coupures.

Louzaouenn ar skevent : Autre nom breton de la consoude ; c’est-à-dire l’herbe aux poumons (la consoude était utilisée par le passé pour soigner l’asthme)

M

Magnoliophyta ou angiosperme : C’est une division du règne végétal dont fait partie la consoude. Ce sont les plantes à fleurs

Maladies : la consoude est une plante très rustique résistante aux maladies. Dans un jardin aucun traitement n’est utile.

Mauvaises herbes : la consoude est parfois considérée comme une mauvaise herbe en particulier pour la consoude rugueuse. La consoude peut envahir des champs de maïs OGM.

Mucilage : La consoude est très riche en mucilage. C’est de cette teneur en mucilage qu’a démarré l’histoire de la consoude pour Henry Doubleday. Il était à la recherche d’un produit pouvant remplacer la gomme arabique. Le mucilage contenu dans la consoude n’a pas convenu pour ses besoins, mais de ces recherches sur le mucilage démarra son intérêt pour la consoude. Le mucilage apporte les qualités apaisantes des baumes fabriqués à base de consoude.

N
Naturel : Avec la consoude vous jardinez au naturel sans utilisation de produits chimiques.

O

Odeur : le purin de consoude doit être fabriqué au fond du jardin compte tenu de son odeur désagréable.

Oligoéléments : La consoude contient beaucoup d’oligoéléments. L’oligoélément le plus utile pour le jardinier c’est le bore.

Orecchia d'asino : surnom italien de la consoude = oreille d’âne en italien

Oreille d’âne : les feuilles de consoude ressemblent aux Oreilles d’âne d’où cette appellation populaire.

Ortie : La consoude, comme l’ortie, est une des plantes amies du jardinier. es utilisations de l'’ortie au jardin et en cuisine sont multiples. Le purin d'ortie peut (doit) être utilisée pour la croissance des plantes et la consoude pour la floraison et la fructification. Ces 2 plantes ne sont absolument pas concurrentes mais complémentaires.

P

Pérenne : la consoude est une plante pérenne (vivace) c'est-à-dire que si vous l’implantez dans votre jardin elle sera encore là dans 20 ans.

Pétrole vert : La consoude produit beaucoup de matières vertes par hectare, jusqu’à 500 tonnes (biomasse), il n’est pas inenvisageable de l’utiliser à l’avenir pour produire de l’énergie par méthanisation.

Pigweed : La consoude est parfois appelée pigweed en anglais. En réalité cette appellation est utilisée pour de nombreuses plantes appréciées par les porcs. C’est le cas de l’amarante par exemple. En Breton le rumex est appelé le choux du cochon (kaol moc’h), parce que le cochon raffole de cette mauvaise herbe.


Plantation de la consoude : Les boutures de consoude se plantent à 60 centimètres sur 60. Attention ne plantez pas les boutures trop profondément : 5 à 7 centimètres c’est l’optimum. Pour avoir le maximum d’informations sur la plantation de la consoude cliquez ici.

Plantation : utilisation de la consoude lors de vos plantations. Mettez des feuilles de consoude dans vos trous de plantation. Cette technique est valable pour les tomates, les courgettes, les pommes de terre …. et bien sur pour tous les arbres et arbustes.

Plante engrais : La consoude est souvent appelée la plante engrais. C’est aussi parfois le nom utilisé pour désigner l’ortie. L’objectif de nourrir des plantes par des plantes est une des bases de la philosophie de B-actif.
La consoude possède des racines charnues qui pénètrent profondément dans la terre (jusqu'à 2 m) et peuvent ainsi puiser des éléments nutritifs inaccessibles pour d’autres plantes.

Plante médicinale : La consoude est considérée comme une plante médicinale depuis plusieurs millénaires ; incroyable ! Sa composition est aussi incroyable !

Plante mellifère : La consoude est reconnue comme plante mellifère. Les abeilles adorent la consoude et le miel de consoude est excellent !

Plants de consoude : 10 plants de consoude dans un jardin peuvent suffire à fertiliser l’ensemble. Plantez 10 pieds de consoude c’est une solution facile, rapide, peu coûteuse pour devenir un jardinier économe et respectueux de l’environnement.

Pline l’ancien : écrivait il y a des siècles que la consoude bouillie permettait de « souder » des plaies.

Potasse : La consoude contient beaucoup de potasse, avec des teneurs d’ailleurs différentes suivant les espèces. Ceci étant dit la potasse si elle est importante n’est pas le seul constituant important de la consoude, loin de là.

Prickly comfrey : consoude hérissée

Produits chimiques : Les chiffres peuvent paraître étonnant et pourtant c’est vrai : les jardiniers amateurs consomment, en moyenne, beaucoup plus de produits chimiques par unité de surface.que les agriculteurs. L’implantation de consoude dans les jardins peut permettre d’inverser cette tendance.

Protéine : Les protéines sont indispensables dans la nourriture des humains et de tous les animaux. Les principales sources de protéines végétales utilisées actuellement dans l’alimentation des animaux sont le soja et la luzerne (il y a aussi bien sur le pois fourrager, le coton, l’arachide, le colza, le tournesol, etc…). Dans certains pays les protéines végétales sont rares et l’alimentation des animaux est parfois déséquilibrée. La consoude est la plante qui peut produire le plus de protéines à l’hectare, beaucoup plus que le soja, la luzerne ou le pois fourrager. Henry Doubleday avait espéré nourrir le monde (et supprimer la malnutrition) grâce au développement des cultures de consoude. C’est un objectif qui, encore actuellement, n’est pas « farfelu » pour certains pays africains. La consoude est équilibrée en acides aminés, la consoude associée au manioc constitue un aliment complet.

Purin de consoude : La fabrication du purin de consoude est à la portée de tout un chacun. Si vous ne supportez pas l’odeur, effectivement désagréable, utiliser le tonique de consoude de B-actif.

Pyrrolizidines : La consoude (en particulier la racine), contient des pyrrolizidines. La consommation régulière de consoude en tant qu’aliment est donc déconseillée.

R

Rabelais : Rabelais parle de consoulde dans Gargantua.

Racines de consoude : Les consoudes hybrides, telle la bocking 14, ne se multiplient pas en général par graines (elles sont stériles). La multiplication des plants se fait donc le plus souvent en découpant des bouts (ou des éclats) de racines appelés en général boutures de consoude.

Rapport C/N : Le rapport C/N compare la quantité de carbone ( C ) et d’azote ( N ) contenues dans la terre, dans un compost ou dans une matière première mise dans le compost. Le rapport C/N de la consoude est de 10 environ, c'est-à-dire exactement le même rapport que celui d’un bon compost ce qui a donné à la consoude le nom « d’instant compost »
Lors de la fabrication d’un compost vous mélangez des produits bruns, carbonés (paille, écorces, …) avec des produits verts, azotés (tonte de pelouse, déchets de cuisine…).
Maintenir un bon équilibre entre ces 2 types de produit est important. Si vous avez trop de produits verts, le compost va manquer d’air, chauffer trop vite et « pourrir »
Si le compost contient trop de produits « bruns » il se décomposera très lentement.
Rajouter de la consoude au compost sous forme de purin ou de feuilles est excellent et activera le compostage pour peu que votre mélange soit suffisamment riche en carbone.

Reproduction : Les consoudes qui se reproduisent par graines sont rapidement trop envahissantes. Les consoudes hybrides sont multipliées par « bouturage » et ne sont absolument pas envahissantes. La multiplication intempestive de la consoude rugueuse dans des cultures OGM de certains états d’Amérique ou du Canada posent (et va de plus en plus poser) des problèmes aux agriculteurs.

Roundup : La consoude résiste naturellement à ce désherbant universel.

Russie : Consoude de Russie : L’appellation consoude de Russie est une appellation populaire qui n’est pas réservée à une variété ou une espèce précise. Il faut noter que la consoude est très populaire en Russie, vous en trouvez dans presque tous les jardins.

S

Sol : Le sol est la couche superficielle de la terre. C’est le sol qui nous fournit notre nourriture, il est donc essentiel de s’en préoccuper. Peu de gens savent que le poids des êtres vivants dans le sol est supérieur aux poids des êtres vivants sur le sol. Par exemple ; Un mètre carré de sol de prairie abrite en moyenne 260 millions d'animaux voir http://www.inra.fr/dpenv/faunedusol.htm ) L’utilisation de la consoude et une moindre utilisation des produits chimiques permettent de mieux respecter ce sol qui détermine notre avenir.

Superweeds : ce sont les « super mauvaises herbes » celles qui résistent aux herbicides (désherbants). De nombreuses mauvaises herbes ont développé des résistances aux herbicides et particulièrement au Roundup. Ces superweeds se développent à une vitesse vertigineuse dans les champs OGM et du coup il est très difficile de les éliminer. C’est en particulier le problème de l’amarante Palmer qui « affole » véritablement certains agriculteurs américains. La consoude est aussi parfois considérée comme superweed, même si son cas est différent. La consoude, en particulier la consoude rugueuse, résiste naturellement au roundup et envahit des champs de maïs ou de soja OGM dans l’Ontario (Canada) et l’IOWA (USA) par exemple. De nombreux chercheurs sont mobilisés dans ces Etats pour rechercher des méthodes aptes à « éradiquer » la consoude. C’est un comble ; une plante utile, voire indispensable, devient une super mauvaise herbe !

Symphytum : C’est un des genres de la famille des borraginacées. Il y a plus de 30 espèces de symphytum.

Symphytum asperum : Consoude hérissée, consoude rude ou consoude rugueuse. Elle est rude au toucher ce qui explique ce nom. La dénomination anglaise c’est prickly comfrey ou rough comfrey. Cette variété de consoude contiendrait beaucoup d’alcaloïdes. Cette consoude pose aussi aujourd’hui des problèmes dans des champs OGM aux USA et au Canada. Cette plante, comme les autres consoudes résiste « naturellement » au round up. La consoude rugueuse n’est pas appréciée par les animaux, justement parce que les feuilles sont rugueuses. Symphytum asperum accepte les climats froids et on la trouve donc dans plusieurs états du Canada.

Symphytum bulbosum : consoude bulbeuse ou consoude à bulbe

Symphytum caucasicum : consoude du Caucase. Cette consoude donne des fleurs bleues.

Symphytum floribundum : consoude à nombreuses fleurs. Cette consoude est aussi appelée symphytum mediterraneum car on la trouve près de la Méditerrannée.

Symphytum grandiflorum : consoude à grande fleur.

Symphytum ibericum serait la même que symphytum grandiflorum ou un cultivar créé à partir de symphytum grandiflorum.

Symphytum officinale : C’est la consoude la plus connue appelée par les anglais common comfrey et parfois smooth comfrey.

Symphytum orientale : C’est la consoude d’orient ou la consoude de Crimée ou encore la consoude de Tauride (la Tauride est l’ancien nom de la Crimée). Symphytum orientale est la même que Symphytum tauricum. C’est une variété à fleurs blanches.

Symphytum peregrinum : consoude voyageuse. Il semble que ce nom ait été donné, parfois, au cultivar bocking 14 (symphytumxuplandicum).

Symphytum rubrum : Consoude rouge. La belle couleur de ses fleurs explique le nom anglais : red ornamental comfrey.

Symphytum tuberosum : consoude tubéreuse. A priori c’est la même plante que symphytum bulbosum.

Symphytum x uplandicum C’est la consoude bocking 14 qui provient du croisement de la consoude officinale (symphytum officinale) et de la consoude rugueuse (symphytum asperum)

T

Terre : c’est notre bien le plus précieux. Il faut bien nourrir et soigner la terre pour nourrir et soigner les plantes et non le contraire. L’utilisation de consoude et de compost vous permet de soigner votre terre

La consoude trésor du jardin : C’est le titre d’un livre de Bernard Bertrand (aux éditions Terran) c’est aussi le point de vue de très nombreux jardiniers.

Tonique de consoude : C’est un des produits phares de la société B-actif. C’est un produit similaire au purin de consoude mais « normalisé ». Le tonique de consoude contient 65% d’extrait de consoude. C’est un stimulant naturel de la floraison et de la fructification.

U

Usages alimentaires : Il existe de très nombreuses recettes de cuisine contenant de la consoude. Il est toutefois conseillé de ne pas consommer de la consoude trop régulièrement.

Usages thérapeutiques : La consoude est connue depuis l’antiquité comme une plante qui « soude ». Elle a eu de multiples utilisations médicinales.

Utilisation du purin de consoude : Le purin de consoude s’utilise dilué, en général à 10%. Les purins frais sont les plus efficaces. Un purin frais n’a pas besoin d’être filtré. Vous pouvez l’utiliser tel quel pendant environ un mois. S’il vous reste du purin fabriqué depuis plus d’un mois vous l’utilisez comme activateur de compost et vous recommencez une nouvelle fabrication. En cas de filtration la durée de conservation est plus importante (jusqu’à 6 mois sans problèmes au frais et à l’abri du soleil).

V

Variété : En botanique la variété est un rang inférieur à l’espèce. Dans le cas de la consoude il y a très fréquemment confusion entre les termes variétés et espèces.

Vie : vie microbienne du sol : La consoude favorise le développement de la vie microbienne du sol

Vitamines : La consoude contient de nombreuses vitamines A, B1, B2, B5, B6, B12, C et E. Les vitamines A et C sont présentes en quantité significative.

Vitamine B12 : La consoude est une des seules plantes (la seule ?) qui contient de la vitamine B12. Cette vitamine se trouve dans le règne animal ce qui explique que les végétaliens soient souvent carencés en cette vitamine. La vitamine B12 favorise la multiplication cellulaire et c’est donc avec l’allantoïne et le bore un des facteurs Qui influence la floraison des plantes.

X : Le x inclus dans Symphytumxuplandicum indique qu’il s’agit d’un hybride.

.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z