Archive pour la catégorie ‘La consoude’

Plantez de la consoude dans votre jardin


plant de consoude bocking 14

Quand faut-il planter la consoude ?

La consoude est une plante peu exigeante, vous pouvez donc la planter à n’importe quelle époque de l’année. Les meilleures époques restent quand même le printemps ou l’automne.
Si vous décidez de planter la consoude en été vous devrez réaliser un arrosage régulier au début (au moins une fois par semaine).
En cas de plantation pendant la période hivernale, il vous faudra mettre vos plants en nourrice dans une serre.
consoude bocking 14

Quelle variété de consoude faut il planter ?

Notre réponse est très claire, choisissez la variété de consoude bocking 14 qui est la variété qui contient le plus d’éléments fertilisants.
Cette variété a un deuxième avantage, elle ne se reproduit pas par graine et n’envahira pas votre jardin. Nous déconseillons fortement de planter dans votre jardin des variétés de consoude « sauvages » que vous trouvez le long de certains chemins. D’une part elle sera moins riche en potassium, bore, allantoïne et autres oligo-éléments, mais surtout vous risquez de devenir des anti-consoude la plante devenant incontrôlable !

Où trouver des boutures de consoude bocking 14 ?

Notre société ; B-actif à Scaër dans le Finistère commercialise des boutures de consoude Bocking 14. Si vous souhaitez acheter des boutures cliquez ici.

Où planter la consoude ?

Plusieurs solutions sont possibles. Tout dépend de ce que vous voulez faire de votre consoude.
Si votre objectif principal est de faire du purin de consoude plantez-la à proximité du lieu ou vous fabriquerez ce purin.
Si vous voulez nourrir les abeilles plantez la consoude à coté de vos ruches.
Si vous voulez aussi utiliser la consoude comme activateur de compost, installez quelques pieds de consoude à coté de votre composteur.
Vous pouvez aussi considérer que la consoude est une belle plante produisant des fleurs sympathiques. Dans ce cas vous plantez par exemple quelques pieds le long d’une allée.

Les différentes espèces et variétés de consoude

Le genre symphytum.


plant_consoude

La consoude fait partie du genre symphytum.
Le genre symphytum comprend plusieurs espèces dont la plus répandue est symphytum officinale mieux connue sous l’appellation de grande consoude.
Dans la littérature vous pouvez lire fréquemment qu’il y a plusieurs variétés de consoude et suit en général une longue liste : symphytum officinale, sympytum asperum etc..
Nous pensons qu’il s’agit de différentes espèces de consoude et non de différentes variétés, c’est du moins la présentation donnée par telabotanica.
Vous trouvez ci-dessous si cela vous intéresse les définitions des mots espèces, variétés et cultivar.

Les différentes espèces de consoude.

Le nombre d’espèces de consoude existantes est très important.
A tout le moins il y en a plusieurs dizaines.
Les espèces les plus connues sont

  • La consoude officinale (symphytum officinale)
  • La consoude rugueuse (symphytum asperum)
  • La consoude bleue (Symphytum. azureum)
  • La consoude cordée (Symphytum cordatum)
  • La consoude voyageuse (Symphytum peregrinum)
  • La consoude tubéreuse (symphytum tuberosum)
  • La consoude d’orient (symphytum orientale)
  • La consoude à grandes fleurs (symphytum grandiflorum)
  • Etc..

A noter que la consoude de Russie n’est ni une espèce ni une variété à proprement parler mais plutôt une appellation populaire utilisée pour de nombreuses variétés

La consoude bocking 14


feuille_consoude

Le nom de Bocking vient d’une petite ville anglaise : Bocking. Dans cette petite ville une station expérimentale a étudié et sélectionné différentes souches de consoude.
Le cultivar bocking 14 est un hybride issu du croisement de la consoude officinale (symphytum officinalis) et de la consoude rugueuse (Symphytum asperum).
Le nom latin de la consoude bocking 14 est symphytum X uplandicum (le X voulant dire qu’il s’agit d’un croisement, d’un hybride).
Cette variété, (plus scientifiquement ce CULTIVAR), est, de loin, la plus riche en éléments fertilisants (potasse, bore, allantoïne…). Elle présente aussi un autre avantage crucial, elle ne se multiplie pas par graine et n’envahira donc pas votre jardin.

La consoude Bocking 4 utile pour l’alimentation animale

A noter que la consoude peut servir à l’alimentation animale. C’est une plante très riche en divers acides aminés et aujourd’hui c’est la plante qui peut produire le maximum de protéines à l’hectare, bien plus que le soja par exemple.
Pour l’alimentation animale c’est la variété bocking 4 qu’il faut choisir pour sa composition mais aussi son appétence.

Signification d’espèces, variétés et cultivars

Pour ceux que cela intéresse nous présentons ci-dessous les différences qu’il y a entre espèces, variétés et cultivar.
Dans le glossaire de Telabotanica (http://www.tela-botanica.org/page:apercu_botanique_glossaire ) nous trouvons les définitions suivantes :

Espèces : Ensemble d’individus interféconds étroitement apparentés par leurs caractères.
Variété : Subdivision d’une espèce ou sous-espèce, différants souvent par un seul caractère;
Cultivar = Variété de plante obtenue en culture.
Wikipedia donne d’autres définitions :

Une espèce est une population ou un ensemble de populations dont les individus peuvent effectivement ou potentiellement se reproduire entre eux et engendrer une descendance viable et féconde

Une variété est un ensemble d’individus différant légèrement des autres individus par un ou plusieurs caractères considérés comme mineurs, c’est-à-dire ne justifiant pas la création d’une nouvelle espèce, car ils possèdent par ailleurs tous les caractères diagnostiqués entrant dans la définition de cette espèce.

À la différence d’une variété botanique, les caractéristiques uniques d’un cultivar ne sont généralement pas transmissibles d’une génération à l’autre par la semence (http://fr.wikipedia.org/wiki/Cultivar ). C’est le cas de la consoude bocking 14.

Tag : symphytum, symphytum officinale, symphytum asperum, symphytum uplandicum, symphytum bocking 14, consoude, bocking 14

La classification de la consoude dans le règne végétal


pelouse_consoude

Ce blog étant consacré à la consoude nous allons vous présenter la classification de la consoude. Vous n’êtes pas obligé de vous « casser la tête » avec cette classification, vous pouvez vous contenter de l’utiliser dans votre jardin mais ce texte est écrit pour les « curieux »
Il faut savoir que la classification des végétaux évolue dans le temps, les remises en cause sont fréquentes. Nous vous proposons ci-dessous une des classifications possibles.
L’étude de cette classification est intéressante car on c’est un reflet de l’évolution. On découvre ainsi, par exemple, qu’à l’époque des dinosaures (au jurassique) il n’y avait pas encore de monocotylédones, pas de plantes à fleurs, pas d’herbe.

Comment classe-t-on la consoude

La consoude fait, bien sur, partie du règne végétal
La consoude est ensuite classée dans la division des Magnoliophyta c’est-à-dire des Angiospermes ou plantes à fleurs par opposition aux Gymnospermes ou plantes à graine nue (les résineux en particulier)
La consoude fait partie de la classe des Magnoliopsida, pour parler plus simplement c’est une dicotylédone
Parmi les dicotylédones la consoude fait partie de l’ordre des lamiales. Cet ordre des lamiales contient de nombreuses familles de plantes comme les borraginacées dont fait partie la consoude mais aussi la famille des menthes et la famille de la verveine par exemple

La consoude est une borraginacée

La famille des borraginacées comprend aussi de nombreux « genres » comme le genre Borago (la bourrache en est l’exemple le plus répandu), le genre myosotis et le genre symphytum c’est-à-dire la consoude.
Symphytum en grec veut dire « unir en un tout » cette dénomination rappelle les propriétés cicatrisantes de la consoude.
En français, le terme de consoude vient du latin consolidata ce qui veut aussi dire la même chose. Au départ on parlait de consoulde terme qu’on retrouve par exemple dans les écrits de Rabelais (GARGANTUA).
Dans toutes les langues le nom de la consoude rappelle que cette plante peut soigner les coupures, ainsi le nom breton est LOUZAOUENN AN TROC’H, c’est-à-dire l’herbe aux coupures (parfois on parle aussi de LOUZAOUENN ar skevent, c’est-à-dire l’herbe aux poumons car la consoude était utilisée pour soigner l’asthme)
Dans le prochain article nous allons vous présenter succinctement les différentes espèces et variétés de consoude et en particulier la variété bocking 14 qui est notre consoude favorite.

Tags consoude, borraginacée, symphytum, consoulde, louzaouenn an troc’h, louzaouenn ar skevent